Skip to main content

Recherche par type de documents - Cartes et données géospatiales > Concepts de base

Ce guide vous offre un accès rapide aux ressources de base pour les cartes et données géospatiales.

Données géospatiales - Définition et notions de base

Définition

« Données et informations qui renvoient à un emplacement sur la surface de la Terre, au moyen de coordonnées scientifiques précises. » Source: Termium.

Quand il est question de données dites "géoréférencées", cela signifie qu'elles sont associées à des coordonnées géographiques permettant de les situer dans l'espace. Par exemple, en attribuant les coordonnées appropriées au centre d'une photographie aérienne, un logiciel approprié pourra la positionner au bon endroit sur une carte géographique.

Exemples de données géospatiales

  • Réseau routier régional
  • Configuration des lacs et cours d'eau
  • Représentation de l'altitude et du relief terrestre
  • Répartition des quartiers d'une ville selon l'âge moyen des citoyens
  • Emplacement des hôpitaux dans une région

Système d'information géographique (ou SIG)

Système informatisé permettant de conserver, manipuler, analyser et représenter des phénomènes en lien avec des données géospatiales. Ces systèmes permettent généralement de combiner ou superposer diverses couches d'informations ou de lier des données statistiques à des données géospatiales pour interpréter des phénomènes spatiaux.

Un SIG n'est pas un logiciel en soi, mais un ensemble de données pouvant être assemblées et gérées par un logiciel spécialisé.

Logiciels et applications

Logiciels propriétaires

Bien qu'il existe plusieurs logiciels SIG sur le marché, les plus connus sont généralement ArcGIS et MapInfo. Ces logiciels possèdent des fonctionnalités puissantes, mais ils sont dispendieux et requièrent des connaissances avancées en matière de données géospatiales. Les ordinateurs de la Bibliothèque et des laboratoires informatiques de Polytechnique ne sont généralement pas dotés de ces logiciels.

Google Earth: Logiciel SIG propriétaire, mais gratuit, permettant d'afficher des couches d'information géographique et d'importer des données géospatiales dans les formats .kml ou .kmz. Les fonctionnalités sont limitées, mais il a l'avantage d'être facile à utiliser comparativement aux logiciels mentionnés précédemment.

Logiciels libres

Plusieurs solutions libres existent, mais l'une des plus connues est le logiciel QGIS. Celui-ci permet une utilisation similaire à ce que permettent ArcGIS ou MapInfo. Comme pour ces derniers, il requiert des connaissances avancées de la part de l'utilisateur. Cependant, il s'agit d'un logiciel Open Source et la communauté d'utilisateurs et de développeurs est très active et plusieurs groupes de discussions existent pour répondre à des questions ou offrir du soutien technique. Une documentation abondante est aussi disponible. Les deux ouvrages suivants peuvent aussi vous être utiles.

La figure suivante montre l'interface de travail dans QGIS (cliquer sur l'image pour agrandir).

Notion de couche (ou "layer")

Lorsqu'elles sont importées dans un SIG, les données géospatiales sont généralement représentées sous forme de couches d'information (ou "layers"). Chaque couche d'information contient des éléments associés à une même thématique. Une carte pourrait donc contenir différentes couches représentant chacun des éléments tels que les lacs et cours d'eau, le réseau routier, les limites des territoires municipaux, l'emplacement des casernes d'incendie ou une mosaique de photos aériennes.

La figure ci-dessous illustre le concept de couches d'information et comment elles peuvent être superposées.

Source: U.S. Government Accountability Office (GAO), 2012. Reproduit avec permission.

Les logiciels SIG permettent d'importer et de gérer ces couches d'information et l'utilisateur peut activer ou éteindre une ou plusieurs couches ou modifier l'ordre dans lesquelles elles apparaissent. Chaque élément d’une couche peut être accompagné d’informations spécifiques (ex. type de rues, vitesse moyenne, etc.) pouvant être utilisées pour traiter la manière dont on veut représenter l'information.

Types de données géospatiales

Données vectorielles

Les données vectorielles sont généralement représentées par des points, des lignes ou des polygones selon le type d'élément géographique représenté (voir figure ci-dessous).

Certains éléments peuvent être représentés sous forme de points ou de polygones en fonction de l'échelle de la carte. Par exemple, une carte de la Communauté métropolitaine de Montréal pourrait montrer les villes sous formes de polygones, alors qu'une carte du Québec montrera les villes sous forme de points.

Logiciels requis: Options gratuites - Google Earth, QGIS / Options payantes: ArcGIS, MapInfo

Données matricielles (souvent appelées "rasters" en anglais)

  • Image statique d'une représentation spatiale (pixels).
  • Souvent sous forme de fichiers "images" ou en format PDF.
  • Facile à consulter pour une personne non-initiée.
  • Convient pour une consultation thématique, mais moins pour créer ou personaliser une carte.
  • Si elles sont géoréférencées, elles peuvent être utilisées comme couches d'information dans un logiciel spécialisé (ex. imagerie radar ou satellite).

La figure suivante montre un extrait d'une carte matricielle.

Source : Carte topographique au 1:50 000, feuillet 31H12. Ressources naturelles Canada, 2000. Données ouvertes.

Logiciels requisAdobe Acrobat Reader (PDF) ou visionneuses de photos (formats png, .tiff, .jpg, etc.). / Peuvent être importées dans les logiciels spécialisés (ex. QGIS).